DanIsis.com

DanIsis.com

LA PLUME DE DANISIS, Le Verbe au Service de la Lumière

conscience du soi

Publié le par Danièle-DanIsis
Publié dans : #Extraits-Clés en Partage, #Conscience du Soi, #A méditer

"Les recherches en psychoneuroimmunologie confirment ce que les poètes, les artistes, les mystiques et les fous ont toujours su : l'amour, la compassion, la tendresse, la bienveillance, la foi, le contact physique, la créativité et l'entraide contribuent au bien-être des gens."
Dr Patch Adams

Eloge de la Folie douce, extrait
 

De nombreux civilisés sont prisonniers du fait d'être sérieux tout le temps. La société moderne n'offre aucun espace pour pouvoir "faire le fou", s'amuser, s'éclater, se défouler intensément sans gêner autrui. La "sériosité", cette maladie qui consiste à être sérieux tout le temps, est génératrice d'un terrible ennui, d'une morosité sournoise qui sape tout plaisir de vivre, et crée un état de stress permanent. D'innombrables travaux scientifiques ont prouvé que ce stress est la cause fondamentale de la plupart des maladies de civilisation qui font de la vie quotidienne de millions d'occidentaux un véritable enfer, un enfer qui coûte cher puisque les frais médicaux, dans les pays industrialisés, mangent une partie toujours plus importante des ressources économiques. En Europe de l'Ouest, c'est plus de mille milliards de dollars qui partent ainsi en fumée. A titre de comparaison, sachez que, selon les chiffres de l'Unesco, il suffirait de 80 milliards de dollars par an pendant 3 ou 4 ans pour que l'ensemble des pays sous-développés puissent atteindre le niveau de vie des pays occidentaux!
Le stress et le mal-être sont des fléaux aussi dramatiques que les épidémies de peste ou de variole du passé. Mais ces maux ne sont pas des fatalités inéluctables car nous pouvons apprendre à vivre sans stress et sans maladies.

Rappelez-vous le plaisir que vous aviez, enfant, à gigoter, à faire le fou, à crier, à bouger dans tous les sens, à vous battre avec des oreillers, à courir en tous sens à la récréation tout en criant à tue-tête ? Avez-vous oublié ces moments merveilleux de votre enfance, la joie de faire bouger votre corps sans limitations ni contraintes ?
La folie douce est celle de l'enfant qui s'amuse et exprime toutes ses émotions sans agresser qui que ce soit. Ne la confondons pas avec les formes de folie des adolescents ou des adultes perturbés par des années d'éducation anti-naturelle et qui ont fini par devenir méchants, vindicatifs, hargneux. Ceux-là peuvent être devenus, à force de souffrances, des fous dangereux qu'il faut maîtriser puis, idéalement, rééduquer. C'est la "folie dure", celle qui rend l'individu invivable et asocial. Lorsque quelqu'un présente un comportement violent, il peut être impératif parfois de l'immobiliser et de l'isoler des autres. Mais ne faire que cela et ne pas entreprendre une psychothérapie et une éducation à la vie sociale est tragique.

Après la médecine douce, voici la folie douce! Il s'agit d'apprendre à être fou, oui, mais d'une manière douce c'est-à-dire sans faire de conflits avec ceux qui nous entourent. Cet apprentissage s'inscrit dans le cadre de ce que nous appelons la médecine holistique (du grec "holos", qui signifie "tout, tout entier") qui tient compte des 4 corps de l'être humain : physique, émotionnel, mental et spirituel.

La folie douce est la folie des enfants et des sages, pas la folie des fous rendus furieux par leur souffrance et l'incompréhension que leur état engendre autour d'eux.

N'est-il pas dit dans l’Évangile que "le Royaume des Cieux est pour ceux qui savent redevenir des petits enfants ?" Comment pourrions-nous être heureux et épanouis si nous passons tout notre temps dans le contrôle et la répression émotionnelle ? Comment pourrions-nous rester en bonne santé si nous ne nous libérons jamais du stress ?

Ainsi, de nombreuses études ont montré que le cancer est une maladie fortement liée à la répression émotionnelle. Sachant que, de nos jours, dans les pays riches, une personne sur deux va souffrir d'un cancer pendant sa vie, n'est-il pas essentiel d'apprendre à s'en protéger ? Bien sûr, il y a aussi des facteurs environnementaux, comme la pollution de l'air, de l'eau et de la terre par les produits chimiques fabriqués par l'homme, la pollution électromagnétique, les facteurs alimentaires comme l'abus d'aliments d'origine animale et toutes sortes d'autres facteurs (comme le port du soutien-gorge trop serré chez les femmes, le tabac, l'alcool, les médicaments,...) mais ces facteurs ne sont que des co-facteurs. Il faut qu'ils soient associés au stress d'une vie sans défoulement émotionnel pour qu'ils puissent aboutir à la maladie. Léon Renard, psychothérapeute belge, a brillamment montré cela dans Le cancer apprivoisé, ce livre qui est devenu un grand classique, en montrant la valeur des travaux des chercheurs qui ont mis en évidence les facteurs psychiques associés à cette maladie. L'un des plus connus d'entre eux est le docteur Ryke Geerd Hamer, fondateur de la "Médecine Nouvelle". Ce médecin allemand a mis en évidence la "loi d'airain du cancer", qui met en relation la localisation de chaque tumeur cancéreuse avec des conflits émotionnels vécus dans l'isolement et le refoulement. Ses travaux confirment le fait que l'absence d'extériorisation des émotions fait le lit de la maladie. Ils mettent en évidence l'importance, pour la prévention, d'un apprentissage de la folie douce!

 

Nous avons peur de ce qui est inconnu. En apprenant à ressentir tous les états émotionnels, nous nous délivrons de cette crainte de l'intensité qui nous paralyse et nous pouvons alors vivre toute la gamme des émotions dans tout notre corps sans pour autant perdre le contrôle.

Les signes de la folie douce sont : sourire, rire, grimacer, pleurer, gesticuler avec force, chanter à tue-tête, danser de manière endiablée, se mettre en colère avec des gestes violents mais sans attaquer ni frapper autrui, être capable de défouler ses émotions sans culpabilité, avec des gestes et des sons, en un mot avoir les comportements des petits enfants.
En fait, le sourire est une des portes d'entrée de la folie douce. Il permet de sortir des griffes du sérieux pour entrer dans le monde charmant des contes de fées et découvrir les trésors de la sagesse universelle. Dès que vous laissez un sourire flotter sur vos lèvres, votre regard devient celui du Bouddha. Vous devenez sensibles à la beauté, à l'intelligence, à l'amour qui sont à l'origine de toute création. Vous quittez les angles droits de la raison masculine pour retrouver les courbes douces de l'intuition féminine qui vous relie à la lumière douce de votre âme, cette partie de votre être qui n'a jamais quitté les splendeurs des mondes de lumière et vous guide patiemment vers l'unité retrouvée avec votre nature divine. Vous sortez de la monotonie et de l'ennui. Vous redevenez un créateur, un chaman, un artiste, un poète!
Celui qui a renoncé à toute folie s'ennuie et tombe malade, être fou est essentiel. Mais il s'agit de pouvoir extérioriser ses émotions sans faire peur à ceux qui ne savent pas le faire. Quand on est fou en permanence, n'importe où et devant n'importe qui, on se fait enfermer dans un asile! Le secret de la folie douce est donc d'être fou au bon endroit, au bon moment, seul ou avec des personnes déjà initiées à la folie douce. Il s'agit donc de savoir être sérieux en société et fou en privé.
En fait, pour être capable de doser correctement l'intensité de ses émotions dans sa vie relationnelle, il est indispensable d'apprendre auparavant à défouler ses émotions lorsqu'on est seul, loin des regards et des oreilles d'autrui, afin de pouvoir vraiment explorer ses émotions sans devoir faire attention aux autres, explorer ses émotions avec tout son corps, sans les immobiliser en soi à cause d'idées reçues. Il est impossible de vivre heureux et en bonne santé si l'on a pas appris à vider ses émotions comme on vide sa vessie lorsqu'elle est pleine!

Hélas, la plupart des adultes retiennent leurs émotions à l'intérieur de leur corps jusqu'à que celui-ci tombe malade, ou alors ils les déversent sur leurs proches par des coups ou des mots méchants. Dans les deux cas, la souffrance et les conflits sont les conséquences d'une mauvaise gestion des émotions.
Le sérieux "serre les yeux". Or la moitié des adultes occidentaux portent des lunettes. C'est la conséquence de ce stress généralisé qui empoisonne la vie des habitants des pays riches. On s'est tellement habitué à cette situation qu'on a pris l'habitude de la considérer comme "normale", mais on a oublié que les lunettes sont des béquilles qui affaiblissent peu à peu la vue.

 

Si le stress affaiblit la vue, il joue aussi, comme nous l'avons signalé, un rôle dans l'apparition de toutes les maladies de civilisation qui sont la conséquence d'un mode de vie ou l'on se contrôle constamment, où l'intellect brime sans cesse les élans du corps et où il n'y a plus jamais de place pour des "moments d'enfance", des moments lors desquels les émotions peuvent sortir du corps d'une manière naturelle et bienfaisante.

 

ELOGE DE LA FOLIE DOUCE, docteur Christian Tal Schaller
Editions Vivez Soleil, 2003

 

danisis.com

Relayé avec Gratitude par danisis.com

Voir les commentaires

Publié le par Danièle-DanIsis
Publié dans : #Extraits-Clés en Partage, #Vibrations Divines, #Conscience du Soi
La petite âme et le Soleil
Il était une fois, au temps d'avant le temps, une Petite Âme qui dit à Dieu : "Je sais qui je suis !". Et Dieu dit : "C'est merveilleux ! Qui es-tu ?" La Petite Âme cria : "Je suis la Lumière !" Et Dieu s'exclama avec un grand sourire : "Oui, c'est ça ! Tu es la Lumière."

La Petite Âme était si heureuse !


Elle avait résolu le mystère que toutes les âmes du Royaume étaient venues résoudre. "Wow, dit la Petite Âme, ça c'est vraiment cool !" Mais bientôt, de savoir qui elle était ne lui suffit plus. La Petite Âme sentait des remous à l'intérieur, et maintenant, elle voulait être Celui qu'Elle était. Et donc, la Petite Âme retourna voir Dieu (ce qui n'est pas une mauvaise idée pour toutes les âmes qui veulent être Celui qu'Elles sont vraiment) et dit : "Salut, Dieu ! Maintenant que je sais Qui je Suis, est-ce que j'ai aussi le droit de l'être ?" Et Dieu dit : "Tu veux dire que tu veux être Celui que Tu Es déjà ?" Eh bien, répondit la Petite Âme, c'est une chose de savoir Qui Je Suis, et une autre totalement différente de l'être vraiment. Je veux sentir ce que ça fait d'être la Lumière !" "Mais tu es la Lumière", répéta Dieu, avec un autre sourire. "Oui, mais je veux voir comment on se sent !" s'écria la Petite Âme. "Bon, dit Dieu avec un petit gloussement, je suppose que j'aurais dû le savoir. Tu as toujours été le plus aventureux".

Puis l'expression de Dieu changea. "Il y a juste une chose …" "Quoi ?" demanda la Petite Âme. "Eh bien, il n'existe rien d'autre que la Lumière. Vois-tu, je n'ai rien créé d'autre que ce que tu es ; alors, il n'y a pas de manière facile pour toi de faire l'expérience de Ce que Tu Es, puisqu'il n'y a rien que tu n'es pas."
Dieu sourit encore une fois. " Je l'ai déjà fait, " dit Dieu. " Puisque tu ne peux pas te reconnaître en tant que Lumière quand tu es dans la Lumière, nous allons t'entourer d'obscurité."
"Qu'est-ce que c'est l'obscurité ?" demanda la Petite Âme."
Dieu répondit : "C'est ce que tu n'es pas." "Est-ce que j'aurai peur de l'obscurité ?" s'écria la Petite Âme. "Seulement si tu choisis d'avoir peur." répondit Dieu. "Il n'y a vraiment rien à craindre, à moins que tu ne le décides. Vois-tu, nous inventons tout ceci. Nous faisons semblant." "Oh" dit la Petite Âme, et déjà elle se sentait mieux.

Puis Dieu expliqua que pour pouvoir faire l'expérience de quelque chose, son exact opposé allait apparaître. "C'est un grand cadeau", dit Dieu, "parce que sans cela, tu ne pourrais pas savoir à quoi ressemble cette chose. Tu ne pourrais pas connaître le chaud sans le froid, le haut sans le bas, le vite sans le lent. Tu ne pourrais pas connaître la gauche sans la droite, ici sans là-bas, maintenant sans jadis.

Et donc, conclut Dieu, quand tu seras entouré par l'obscurité, ne brandis pas ton poing, n'élève pas ta voix et ne maudis pas l'obscurité. Sois plutôt une Lumière vis-à-vis de l'obscurité, et ne sois pas fâché de cela. Alors, tu sauras Qui Tu Es Vraiment, et tous les autres le sauront aussi. Laisse tant briller ta Lumière que tous sauront combien tu es spécial !"

"Tu veux dire que j'ai le droit de montrer aux autres combien je suis spécial ?" demanda la Petite Âme.
"Bien sûr, dit Dieu en souriant. "Tu en as tout à fait le droit ! Mais souviens-toi, "spécial" ne veut pas dire "meilleur". Tout le monde est spécial, chacun à sa façon ! Et pourtant bien des autres ont oublié cela. Ils ne réaliseront qu'ils ont le droit d'être spécial que si toi-même tu reconnais que tu as le droit de l'être."
"Wow dit la Petite Âme, dansant et sautillant, riant et sautant de joie. Je peux être aussi spécial que je veux !" "Oui, et tu peux commencer tout de suite, dit Dieu. Quelle partie du spécial veux-tu être ?"
"Quelle partie du spécial ?" répéta la Petite Âme,  je ne comprends pas."
"Eh bien, expliqua Dieu, être la Lumière, c'est être spécial, et être spécial comprend beaucoup d'éléments. C'est spécial d'être gentil.
C'est spécial d'être doux.
C'est spécial d'être créatif.
C'est spécial d'être patient.
Est-ce que tu peux trouver d'autres façons d'être qui sont spéciales ?"

La Petite Âme resta assise en silence pendant quelques instants. "J'ai trouvé beaucoup de façons d'être spécial ! " s'exclama alors la Petite Âme."
C'est spécial d'être quelqu'un qui aide.
C'est spécial d'être quelqu'un qui partage.
C'est spécial d'être amical.
C'est spécial d'être attentif aux autres !"
" Oui ! approuva Dieu, et tu peux être toutes ces choses ou n'importe quel élément du spécial que tu souhaites être, à tout moment. C'est ce que veut dire : être la Lumière."
"Je sais ce que je veux être ! Je sais ce que je veux être ! annonça la Petite Âme toute excitée. Je veux être la partie du spécial qui s'appelle celui qui pardonne. Est-ce que ce n'est pas spécial de pardonner ?"
"0h oui, assura Dieu à la Petite Âme. C'est très spécial."
"D'accord, dit la Petite Âme. C'est çà que je veux être. Je veux être celui qui pardonne. Je veux faire l'expérience d'être comme ça ."
"Bien, dit Dieu, mais il y a une chose que tu dois savoir."
La Petite Âme commençait maintenant à s'impatienter un peu. Il paraissait toujours y avoir des complications. "Qu'est-ce que c'est ?" dit la Petite Âme, en soupirant.

"Il n'y a personne à qui pardonner."
"Personne ?" La Petite Âme pouvait à peine croire ce qui venait d'être dit. "Personne ! répéta Dieu. Tout ce que j'ai fait est parfait. Il n'y a pas une seule âme dans toute la création qui soit moins parfaite que toi. Regarde autour de toi."
C'est alors que la Petite Âme réalisa qu'une large foule s'était réunie. Des âmes étaient venues de près et de loin - de tout le Royaume - car la nouvelle s'était répandue que la Petite Âme avait cette conversation extraordinaire avec Dieu, et chacun voulait entendre ce qu'ils disaient. Regardant les innombrables autres âmes réunies là, la Petite Âme dût acquiescer.
Aucune ne paraissait moins merveilleuse, moins magnifique ou moins parfaite que la Petite Âme elle-même.
Tel était le prodige des âmes réunies autour d'elle, et si brillante était leur lumière, que la Petite Âme pouvait à peine les regarder.
"Alors, à qui pardonner ? demande Dieu."
"Eh bien, ça ne va pas être drôle du tout !" grommela la Petite Âme. Je voulais faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne. Je voulais savoir quel effet ça faisait d'être cette partie-là du spécial." Et la Petite Âme apprit ce que c'était que d'être triste.

Mais juste à ce moment-là, une Âme Amicale s'avança de la foule. "Ne t'inquiète pas, Petite Âme, dit l’Âme Amicale,  je vais t'aider."
"Tu vas m'aider ?" La Petite Âme s'illumina. Mais qu'est-ce que tu peux faire ?" "Je peux te donner quelqu'un à qui pardonner, tiens !" "Tu peux ?" "Certainement ! " gazouilla l’Âme Amicale. "Je peux venir dans ta prochaine vie et faire quelque chose que tu pourras pardonner."

"Mais pourquoi ? Pourquoi ferais-tu cela ? demanda la Petite Âme. Toi qui es un Être d'une telle perfection achevée ! Toi, qui vibres à une telle vitesse que cela crée une Lumière si brillante que je peux à peine te regarder ! Qu'est-ce qui pourrait te faire vouloir ralentir ta vibration à une telle vitesse que ta brillante Lumière deviendrait sombre et dense ? Toi qui es si léger que tu danses sur les étoiles et que tu te déplaces à travers tout le Royaume à la vitesse de ta pensée - qu'est-ce qui te ferait venir dans ma vie et te rendre si lourd que tu pourrais faire cette mauvaise chose ?"
"C'est simple, dit l’Âme Amicale, je le ferais parce que je t'aime."
La Petite Âme parut surprise par la réponse. "Ne sois pas si stupéfait, dit l’Âme Amicale, tu as fait la même chose pour moi. Tu ne te souviens pas ? Oh, nous avons dansé ensemble, toi et moi, bien des fois. A travers les éternités et les âges, nous avons dansé. A travers le temps tout entier, et dans bien des lieux, nous avons joué ensemble. C'est juste que tu ne te souviennes pas. Nous avons tous deux été l'Ensemble de Toutes Choses. Nous en avons été le Haut et le Bas, la Gauche et la Droite. Nous avons été le Ici et le Là-bas, le Maintenant et le Jadis. Nous avons été le Masculin et le Féminin, le Bon et le Mauvais, nous avons été et la victime et le méchant. Ainsi, nous nous sommes rencontrés, toi et moi, maintes fois auparavant ; chacun apportant à l'autre l'exacte et parfaite occasion d'Exprimer et d'Expérimenter Qui Nous Sommes Vraiment. Et donc, continua d'expliquer l’Âme Amicale, je vais venir dans ta prochaine vie et cette fois-ci je serai le méchant. Je ferai quelque chose de vraiment terrible, et alors tu pourras faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne."

"Mais que vas-tu faire, demanda la Petite Âme, un tout petit peu nerveuse, qui sera si terrible ?"
"Oh, répondit l’Âme Amicale avec une étincelle, nous trouverons bien quelque chose. Puis, l’Âme Amicale parut devenir sérieuse, et dit d'une voix douce : Tu as raison à propos d'une chose, tu sais." "Et c'est quoi ?" voulut savoir la Petite Âme.
"Il me faudra ralentir ma vibration et devenir très lourd pour faire cette chose pas très gentille. Il me faudra prétendre être quelqu'un de très différent de moi. Alors, j'ai une seule et unique faveur à te demander en échange."
"Oh, n'importe quoi, n'importe quoi ! s'écria la Petite Âme, et elle commença à danser et à chanter. Je vais pouvoir pardonner, je vais pouvoir pardonner !" Puis, la Petite Âme vit que l’Âme Amicale restait toute silencieuse. "Qu'est-ce qui se passe ?" demanda la Petite Âme. Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? Tu es un tel ange de bien vouloir faire ceci pour moi !"
"Bien sûr que cette Âme Amicale est un ange !" interrompit Dieu." Tous le sont ! Souviens-toi toujours : je ne t'ai jamais envoyé que des anges.

Alors, la Petite Âme voulut plus que jamais exaucer la demande de l’Âme Amicale. "Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?" demanda-t-elle de nouveau."
"Au moment où je te frapperai et te terrasserai, répondit l’Âme Amicale, au moment où je ferai la pire chose que tu puisses imaginer - à ce moment précis …" " Oui ? interrompit la Petite Âme, oui … ?"
L’Âme Amicale devint encore plus silencieuse. "Souviens-toi de Qui Je Suis Réellement."
"Oh, je le ferai ! s’écria la Petite Âme, je le promets ! Je me souviendrai toujours de toi comme je te vois ici même, à cet instant !"
"Bien, dit l’Âme Amicale, parce que, vois-tu, j'aurai fait semblant tellement fort, que je me serai oublié. Et si tu ne te souviens pas de moi tel que je suis réellement, je ne pourrai peut-être pas m'en souvenir pendant très longtemps. Et si j'oublie Qui Je Suis, tu peux même oublier Qui Tu Es, et nous serons perdus tous les deux. Alors, nous aurons besoin qu'une autre âme s'en vienne et nous rappelle à tous les deux Qui Nous Sommes."
"Non, cela ne se passera pas ! promit de nouveau la Petite Âme. Je me souviendrai de toi ! Et je te remercierai de m'apporter ce cadeau : la possibilité de faire l'expérience de Qui Je Suis."
Et ainsi, l'accord fut conclu.

Et la Petite Âme s'engagea dans une nouvelle vie, toute excitée d'être la Lumière, ce qui était très spécial, et toute excitée d'être cette partie du spécial appelée le Pardon. Et la Petite Âme attendit anxieusement de pouvoir faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne, et de remercier l’Âme qui le lui permettrait.

Et dans tous les moments de cette nouvelle existence, chaque fois qu'une nouvelle âme faisait son apparition, que cette nouvelle âme amène de la joie ou de la tristesse - et surtout si elle amenait de la tristesse - la Petite Âme pensait à ce que Dieu avait dit : "Souviens-toi toujours" - et Dieu avait souri : "je ne t'ai jamais envoyé que des anges."

Texte : Neale Donald Walsch
Image : Daniel Holeman

 
danisis.com

Relayé avec Gratitude par danisis.com

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 51 52 > >>

A LA UNE

DANISIS SUR INSTAGRAM

 

 

L'Eveil du Volcan

 

Disponible en version papier et numérique.
Edilivre, Fnac, Amazon et Chapitre.com, ainsi qu'en librairie


+ de détails et achat

 

PAGE FACEBOOK

 

DANISIS SUR FACEBOOK

 

NIPAZEN
RELAXING MUSIC


Musiques relaxantes, ambiance pour se détendre
et te faire rêver...

NipaZen

ECOUTE...

La Lune

 

Hébergé par Overblog