Sol Invictus (le Soleil invaincu)

Sol invictus

En ce temps de fêtes nommé "Noël" par la tradition et les croyances - aujourd'hui chrétiennes, hier païennes... -  la vibration à laquelle il me plaît de me relier est la Célébration. La Célébration est Joie, elle nourrit le Cœur d'élans spontanés et enthousiastes; elle est la Vie. La Vie est une célébration que nous sommes invités à honorer en chacun de nos instants, Présents dans tous les sens du terme. Nous sommes les privilégiés, nous sommes "ici", pures expressions de cette Vie qui se multiplie et se partage pour s'accueillir elle-même. Le contraste est un kaléidoscope divin, il se sépare en millions de couleurs, pour mieux s'enrouler sur lui-même...

Dans mon monde toutefois Noël, paré des attributs si tape-à-l'oeil et matérialistes, presque grotesques, dont nous l'avons affublé, a peu d'attrait. Une apparence (âppat rance...) de sacré, une mascarade dont le but semble être de nous rassurer sur notre filiation au divin, derniers vestiges de religions reléguées au fond des tiroirs le reste de l'année. Ah ! les croyances... par quel magique pouvoir nous font-elles foncer tête baissée chaque année dans les mêmes comportements, répondant bon gré, mal gré, à des automatismes vieux de... deux mille ans ? Sourire.
Ne vous y trompez pas, je suis admirative en observant ces sprinters de la course aux objets en tout genre, appelés "cadeaux", relevant avec courage les défis des temples de la consommation, que ce soit le duel de caddies au détour d'un rayon ou la longue attente pour avoir enfin le droit de payer son butin...
Et puis, c'est tellement beau toutes ces lumières éclairant chaque chemin, chaque maison. :-)

Sol invictus - kaléidoscope divin

Noël ?

Dans ses origines, et bien avant que la religion chrétienne vienne s'en mêler et s'en empare, cette fête était dédiée à Saturne, dieu romain lié aux moissons. A cette occasion, on honorait le "Soleil invaincu" (sol invictus), par des offrandes et des lumières. Le rituel fêtait en grande pompe sa renaissance, en référence au solstice d'hiver.
Si la curiosité nous pousse à chercher un peu plus loin, on apprend même que, du temps de pharaon en ancienne Egypte, une célébration similaire existait... ce qui personnellement ne me surprend pas, il est de notoriété que les Romains entretenaient une nette tendance à s'approprier coutumes et croyances des pays conquis. Bref, c'est une autre histoire.

L'intéressant est que le soleil, en langage symbolique, représente l'Esprit, le principe masculin présent en toute chose (et en tout être), la Source de toute forme de Vie, incarnation de la puissance divine (sans connotation dogmatique... divin dans le sens sacré, universel). N'hésitons pas à relier les temps et les croyances : dans l'ancienne mythologie perse, le flamboyant Mithra, émissaire du Soleil, représentait le bien, la justesse, l'équilibre du Cœur (telle Maât dans la cosmogonie égyptienne). La légende dit qu'il parcourait la Terre tout au long de l'année sur un char tiré par des chevaux blancs et que ce périple sacré était à l'image de la destinée humaine. La fin de son voyage, et donc le passage à un nouveau cycle autour de la Terre, avait lieu le 25 décembre, date de sa (re)naissance... jour célébré en grandes pompes pour assurer le renouvellement de sa présence et de sa bienveillance.

ReNaissance

Tous, dieux, prophètes et autres héros de nos contes religieux, qu'ils soient décrits il y a des milliers d'années ou aujourd'hui, ne sont qu'archétypes. Les archétypes changent de costumes en fonction de l'époque, mais leurs attributs et le message qu'ils portent restent le même. L'esprit humain est ainsi fait qu'il a besoin d'images, de modèles, de représentations divines de  l'Univers pour s'y confronter, s'y calquer, s'y retrouver, ou le rejeter. A cela servent les légendes et leurs personnages, les livres saints et leurs messagers.

Alors bien sûr, nous sommes libres de donner mille noms saints à nos coutumes, mille prétextes à nos lumières, mille bonnes raisons à nos croyances religieuses séculaires ou consuméristes modernes..., en réalité ne fêtons-nous pas le Soleil ? Quel que soit le petit nom que nous lui donnons, nous célébrons l'Esprit. Non pas l'esprit religieux, se parant de significations diverses selon la croyance de laquelle il est issu, mais l'Esprit qui Est en Tout, cette étincelle magique  orchestrant les Multivers en une symphonie mystérieuse, parfaite et aux possibles infinis. Celui sans qui, ni toi, ni moi, ni le monde dans lequel nous évoluons en ce moment n'existerait. 

Sol invictus (le soleil invaincu) - la joie

Sans l'Esprit, je n'écrirais pas ces lignes.
Et toi, tu ne les lirais pas.
Nous sommes le Soleil. Nous sommes l'Esprit.

Joyeuse (re)Naissance à toi.

Avec Amour et Joie.
Danièle-DanIsis

La Plume de DanIsis

 

© 2017 Danièle Corthésy
danisis.com

Gratitude de partager sans modifications ni ajouts, en respectant et mentionnant la source.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article